Le jeudi 22 mars, journée mondiale de l’eau. L’humanité a besoin de l’eau …

Une goutte d’eau est flexible. Une goutte d’eau est puissante. Rien n’est plus nécessaire qu’une goutte d’eau.

L’eau est au cœur du développement durable. Les ressources en eau, ainsi que la gamme de services qu’elles peuvent rendre, contribuent à la réduction de la pauvreté, à la croissance économique et à la sauvegarde de l’environnement. De la nourriture et la sécurité énergétique à la santé humaine et environnementale, l’eau contribue à l’amélioration du bien-être social et à une croissance équitable, affectant les moyens de subsistance de milliards d’individus.

L’eau c’est la vie, La pollution ça suffit, Les pollueurs doivent être les payeurs !

La distribution d’eau doit concourir au bien-être de l’usager. Pour cela, l’eau d’alimentation ne doit pas porter atteinte à la santé ou être à l’origine de désagrément. Il importe que l’usager en soit convaincu. C’est pourquoi, il est indispensable qu’il sache que cette eau est protégée, surveillée, et contrôlée.
Or, 6 captage d’eau sont actuellement pollués par notamment des pesticides (Les Arbouts, Pujo Le Plan, Cauneille, Lourquen, Gaillères, St Cricq du Gave) L’objectif que ce donne le SYDEC est ZERO PHYTOSANITAIRE avec une étude sur les périmètres de protection des captages. Cependant une pression de l’industrie agro alimentaire et du puissant syndicat agricole la FNSEA se manifeste contre ses propositions.

Des investissements très importants qui se chiffrent à plusieurs millions de francs sont nécessaires pour rendre l’eau potable et conforme aux normes définies pour la santé publique.
Ce surcoût sera supporté par les usagers de l’eau du robinet. Une première augmentation tarifaire a déjà eu lieu pour budgétiser les travaux de mise en conformité.
L’Etat laisse faire et ne donne pas de participations financières, suivi en cela par l’agence de l’eau Adour Garonne.

Les pollueurs sont dédouanés. L’agriculture intensive et productiviste aux mains de l’agro alimentaire refuse de remettre en cause leur système de production et continue d’empoisonner l’environnement.
L’industrie agro/alimentaire doit être lourdement taxée pour les dégâts qu’elle cause.

La qualité de l’eau doit devenir une priorité , les pollueurs doivent être les payeurs, la vente et l’utilisation des polluants doivent être interdits pour les particuliers, les collectivités et l’agriculture.

La protection des zones de captage doit être à l’ordre du jour avec une politique de soutien au développement de l’agriculture biologique, avec une intervention sur l’ensemble de la filière et l’acquisition des terres agricoles du bassin hydrographique.

Les financements pour la prévention et les investissements pour la dépollution doivent être assurés en totalité par l’Etat et les agences de bassin qui reçoivent des redevances alimentées par la contribution des usagers domestiques à hauteur de 85 %.INDECOSA CGT dénonce les ponctions que l’Etat a opéré en 2017 sur les agences de bassin à hauteur de 175 millions d’euros au profit de l’Etat pour rétablir l’équilibre du budget et de 145 millions au profit de l’Agence française pour la biodiversité.

Les dommages environnementaux, associés aux changements climatiques, sont à l’origine des crises liées à l’eau que nous observons dans le monde entier. Les inondations, la sécheresse et la pollution de l’eau sont aggravées par la dégradation de la végétation, des sols, des rivières et des lacs.
Lorsque nous négligeons nos écosystèmes, il est plus difficile de fournir à tous l’eau dont nous avons besoin pour survivre et prospérer.
Les solutions basées sur la nature ont le potentiel de résoudre nombre de nos problèmes d’eau. Nous devons faire beaucoup plus avec l’infrastructure « verte » et l’harmoniser avec l’infrastructure « grise » dans la mesure du possible. Planter de nouvelles forêts, reconnecter les rivières aux plaines inondables et restaurer les zones humides permettra de rééquilibrer le cycle de l’eau et d’améliorer la santé humaine et les moyens de subsistance.

INDECOSA CGT participera à l’initiative du SYDEC qui dans le cadre de cette journée remettra des récompenses aux écoles primaires qui ont concouru avec des dessins sur l’eau.

INformation DÉfense des COnsommateurs SAlariés CGT des Landes
Maison des syndicats -97 Place caserne Bosquet – B.P 114 –
40 002 Mont de Marsan  05 58 06 50 77 – FAX 05 58 06 50 71  indecosa.cgt40@laposte.net – http://www.indecosa.cgt.fr/ http://ctrc-aquitaine.blogspot.com/ http://indecosa40.reference-syndicale.fr/

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *